Sommaire

  Les risques de rechute après une dépression sont importants. La moitié des personnes ayant fait une dépression connaîtront une récidive et ce taux augmente exponentiellement à chaque récidive (70 % de ceux qui ont fait 2 épisodes en feront 3, 80 % de ceux qui en fait 3 en feront 4, etc.), finissant par installer une chronicité.

Bien qu'il existe des facteurs « aggravants » de récidive, tels que l'âge ou la précocité du premier épisode, tout le monde peut être concerné. Essayons donc de comprendre comment mettre toutes les chances de son côté pour éviter une récidive.

Rechute de dépression : quelques définitions

Un épisode dépressif dure en règle générale de 6 à 8 mois.

On parle de « rémission » lorsque les symptômes disparaissent progressivement suite au traitement jusqu'à aboutir à la guérison (disparition complète des symptômes pendant plus de 6 mois).

On parle de :

  • « récidive » lorsqu'un épisode dépressif survient après qu'il y ait eu guérison ;
  • « rechute » lorsqu'on observe une aggravation de la maladie pendant la rémission.

Enfin, on parle de « symptôme dépressif chronique » lorsque celui-ci dure plus de 2 ans sans disparaître à aucun moment malgré le traitement.

Rechute de dépression : quel risque ?

Il existe plusieurs facteurs favorisant une récidive, bien que tout le monde puisse être concerné :

  • l'âge : plus il augmente et plus les risques de récidive augmentent ;
  • le sexe : les femmes sont plus sujettes à la dépression que les hommes ;
  • la précocité : plus l'épisode dépressif a lieu tôt et plus les risques de récidive sont importants ;
  • la sévérité : plus le premier épisode dépressif a été fort et plus les risques de récidive sont importants ;
  • l'anxiété : elle fragilise, peut entraîner une résistance aux traitements et amplifier les risques de récidive ;
  • les addictions : que ce soit à l'alcool ou à d'autres drogues, elles augmentent les risques de récidive.

En dehors de ces facteurs favorisants, ce qui fait courir le plus de risques d'une récidive est l'arrêt du traitement avant une guérison complète : beaucoup de personnes cessent de prendre leur traitement médicamenteux en cours et cette mauvaise observance est la principale cause de récidive.

C'est pourquoi un suivi régulier par un médecin est important : il permet d'éviter l'arrêt du traitement et d'ajouter à celui-ci un volet psychothérapie, très important dans le processus de guérison d'une dépression.

Prévention d'une rechute dépression

Voici quelques règles simples à suivre impérativement :

  • poursuivre son traitement jusqu'au bout ;
  • entamer une psychothérapie ou une thérapie comportementale et cognitive, ce qui, combiné aux médicaments conforte la guérison et diminue les risques de récidive ;
  • prévenir tout risque de chronicité en mettant en place dès le premier épisode un traitement de qualité et suffisamment précoce ;
  • ne pas négliger les relations sociales ;
  • continuer à faire de l'exercice et avoir une bonne hygiène de vie, notamment en surveillant son alimentation (un mode d’alimentation sain, en particulier proche du régime méditerranéen, et l’éviction des aliments pro-inflammatoires sont étroitement liés à une réduction du risque de dépression).

Une étude va dans le même sens et montre qu'il existerait une association entre la consommation d’aliments ultra-transformés et l’incidence des symptômes dépressifs. Ainsi, une augmentation de 10 % de la consommation ce type d’aliments augmenterait le risque de développer des symptômes dépressifs de 21 %.

Rechute dépression : la technique de "mindfulness" (pleine conscience)

La technique de "mindfulness" est de plus en plus utilisée dans le traitement de la dépression et pour prévenir les risques de récidive.

Il s'agit d'un apprentissage face aux émotions, inspiré de la méditation, du bouddhisme et du yoga. Il permet :

  • de gérer le stress induit par la dépression ;
  • d'apprendre à affronter plus facilement les événements de tous les jours ;
  • d'accepter ses émotions.

Elle consiste à focaliser son esprit, ses pensées et ses sensations sur l'instant présent.

On parle également de la remédiation cognitive, appliquée dans les schizophrénie et les addictions, mais qui pourrait également présenter un intérêt dans la dépression.

Pour en savoir plus :

  • Un des symptômes de la dépression est la prostration. Apprenez à le reconnaître et à l'aborder.
  • À quel médecin s'adresser en cas de dépression ? Suivez nos conseils pour viser juste et bénéficier d'une prise en charge appropriée.
  • La cure de sommeil peut être utilisée pour lutter contre les états d'angoisse, les phases de psychoses aiguës et la dépression.Modalités, prescription, prise en charge, tout est sur notre site.