Sommaire

Une mauvaise alimentation augmenterait le risque de dépression.

Pour soigner une dépression légère, on peut utiliser les médecines douces en complément par exemple d'une psychothérapie : l'antidépresseur naturel, l'homéopathie, l'acupuncture, la luminothérapie ou encore une alimentation riche en omégas 3.

Alimentation et dépression : effets sur la santé mentale

Une étude britannique récente démontre qu'une alimentation riche en produits transformés, en sucres rapides et en graisse augmente le risque de dépression de 58 %.

De même, une étude française menée à partir de la cohorte NutriNet-Santé et publiée dans le BMC Medecine montre qu'une augmentation de 10 % de la consommation d’aliments ultra-transformés s'accompagne d'une hausse de 21 % du risque de développer des symptômes dépressifs.

L'alimentation joue indéniablement un rôle :

  • dans la forme physique, apportant de l'énergie, du tonus, des nutriments responsables de l'oxygénation des tissus par exemple,
  • sur l'humeur.

Des études récentes montrent par exemple les conséquences des produits sucrés sur le comportement des enfants hyperactifs ou ayant des problèmes d'endormissement.

L’étude NutriNet-Santé a aussi permis de montrer que les produits ultra-transformés contribuaient à hauteur de 35,9 % des apports énergétiques. Ils améliorent la texture, la digestibilité, le transport et la conservation des aliments, mais ils sont également très denses énergétiquement car très riches en sucre, en gras et en sel mais très peu en micronutriments. Ils constituent donc des calories vides qui ont un effet délétère sur la santé et qui favorisent le risque de développer des symptômes dépressifs.

Déséquilibre de l'alimentation et dépression : des liens

Une étude britannique révèle que les personnes privilégiant une alimentation variée avec des produits naturels (sucres lents, légumes, fruits, poissons) semblent protégées contre les symptômes de la dépression.

Ce qui semble protéger les personnes de la dépression :

  • une charge élevée en antioxydants contenus dans les fruits et les légumes,
  • la consommation de graisses polyinsaturées et de folates (acides foliques).

Il s'agit donc de privilégier les aliments sains et d'éviter les aliments pro-inflammatoires. Ce type d'alimentation est naturellement proche du régime méditerranéen (ou régime crétois) qui a montré son efficacité sur la réduction du risque de dépression.

Alimentation et dépression : privilégiez les Oméga 3

Il a été prouvé que les Oméga 3 ont une action sur :

  • la protection cardiovasculaire,
  • les troubles de l'humeur et la dépression.

Caractéristiques des Oméga 3

Les Oméga 3 sont des acides gras essentiels.

On distingue les EPA et DHA (acide docosahexaénoïque) qui sont des lipides qui sont concentrés dans les membranes cellulaires.

Les Oméga 3 contribuent au bon fonctionnement des cellules nerveuses.

La carence en Oméga 3 serait responsable de l'hyperactivité, de l'anxiété et de la faible résistance au stress chez l'enfant et l'adulte.

Aliments riches en Oméga 3

Les Oméga 3 sont présents :

  • dans les poissons gras,
  • dans les huiles (huiles d'olive, de colza),
  • dans les légumineuses.

Le régime crétois ou régime méditerranéen à base de poissons, légumes, fruits et huile riche en oméga 3 serait le régime alimentaire qui protège non seulement des problèmes cardiovasculaires, mais également des troubles dépressifs.

Prévention alimentation et dépression

Il est possible de prévenir la dépression par un mode de vie équilibré :

  • se nourrir correctement, sans carence, en privilégiant les aliments naturels non transformés,
  • pratiquer une activité physique régulière,
  • exercer des activités gratifiantes,
  • prendre soin de soi et de son sommeil,
  • se reposer suffisamment et éviter les périodes de fatigue extrême,
  • s'entourer de personnes qui nous font du bien.

Tout cela prédispose à une vie physique et affective équilibrée qui peut prévenir l'apparition de la dépression.

Lire l'article Ooreka