Dépression anxieuse

Écrit par les experts Ooreka

 

90 % des adultes anxieux ont été, sont ou seront en dépression.

Il existe de nombreuses formes de dépression avec des troubles spécifiques apparentés :

Dépression anxieuse enfant : séparation et performance

L'enfant anxieux a un risque de dépression élevé à l'âge adulte.

Il semble que l'anxiété de l'enfant se cristallise autour de deux pôles :

  • l'angoisse de séparation : se manifeste chez l'enfant qui redoute de passer quelques jours sans ses parents et pour qui toute séparation est une déchirure,
  • l'angoisse de performance : concerne des enfants qui redoutent le jugement négatif des autres et de leurs parents en particulier.

Les enfants anxieux ou angoissés exacerbent la peur de leur propre incompétence et vivent très mal les périodes d'évaluation.

Un enfant anxieux est sujet à la somatisation :

  • maux de ventre,
  • insomnies,
  • eczémas, etc.

Adulte et dépression anxieuse : crises de spasmophilie

L'adulte anxieux a souvent été un enfant anxieux, car ce mode de fonctionnement psychique s'installe souvent de manière pérenne.

Les troubles anxieux développés par l'adulte peuvent le conduire à faire une dépression.

La peur et l'angoisse prennent des formes variées.

Les troubles anxieux se manifestent chez l'adulte par :

  • des attaques d'angoisse,
  • ou des crises de spasmophilie.

Distinguer peur normale et pathologique

Il faut distinguer des réactions de peur normale et des réactions inappropriées et qui débordent les ressources de l'organisme et du psychisme.

Quand la peur et la tristesse deviennent pathologiques

La peur comme la tristesse sont des émotions normales, indispensables à la survie de l'être humain.

Selon les circonstances, elles se manifestent de manière plus ou moins forte, de la simple inquiétude à la véritable angoisse, en passant par la détresse ou la peur.

La peur pathologique s'exprime par une attaque de panique :

  • elle se manifeste sous forme d'une crise d'angoisse aiguë, insupportable,
  • on la confond souvent avec une crise cardiaque ou une crise de spasmophilie.

Au cours d'une telle crise, la personne est persuadée qu'elle va mourir ou qu'elle est en train de faire un malaise.

Une réaction d'alarme de l'organisme

La crise de panique ou crise d'angoisse est la conséquence d'une réaction d'alarme de l'organisme.

Il s'agit d'un mécanisme biologique normal lorsque l'organisme doit faire face à une situation d'agression par exemple.

Au cours de l'attaque de panique ou crise d'angoisse, ce système d'alarme s'active sans objet :

  • un état de tension, un mauvais souvenir, une sensation physique désagréable mettent en alerte l'organisme,
  • l'adrénaline est libérée dans le cerveau avec pour conséquences : des bouffées de chaleur, une accélération du pouls, des sueurs, tremblements, etc.
  • la peur de faire un malaise, la sensation de devenir fou sont fréquentes.

Ces attaques de panique peuvent se répéter et devenir handicapantes en développant des phobies : la crainte d'un accès de panique peut conduire les personnes à se replier sur elles-mêmes, ne plus sortir, etc.

Cette peur d'avoir peur qui s'installe peut mener à la dépression.

De l'anxiété à la dépression anxieuse

Lorsque l'anxiété devient omniprésente, que la peur se manifeste à tout propos y compris pour des situations anodines, elle devient pathologique et constitue une maladie.

Les formes pathologiques de l'anxiété peuvent être :

  • le trouble anxieux généralisé,
  • le trouble panique,
  • la phobie sociale,
  • l'état de stress post-traumatique,
  • ou encore les troubles obsessionnels compulsifs.

Soigner l'anxiété et prévenir la dépression anxieuse

Pour soigner les troubles anxieux, et du même coup prévenir une dépression, les thérapies comportementales sont les plus indiquées.

Elles ne nécessitent pas forcément la prise de médicaments.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !