Dépression enfant

Écrit par les experts Ooreka

Le diagnostic de dépression du nourrisson et de l'enfant reste un tabou.

Petite fille regard dans le vide

La maladie de la dépression touche la population sans distinction d'âge ou de sexe :

Dépression de l'enfant : moins fréquente que chez l'adulte

La prévalence de l'épisode dépressif majeur chez l'enfant n'est jamais très élevée et évolue avec le développement de l'enfant. Cependant, chez les plus jeunes, cette pathologie reste sous-diagnostiquée et donc sous-traitée.

La dépression de l'enfant : de 2,8 % des enfants et 3 % des adolescents

La souffrance psychique des enfants et des adolescents a mis plusieurs siècles pour être admise et prise en charge. Malgré les témoignages d'enfants profondément déprimés, on se bornait à évoquer une « position dépressive ».

Aujourd'hui, on estime que 2,8 % des enfants âgés de 6 à 12 ans et 5,6 % des adolescents âgés de 13 à 18 ans seraient concernés.

Les signes d'une dépression chez l'enfant

Si, à court terme, une dépression chez l'enfant induit une chute des résultats scolaires, des troubles du comportement et de la conduite sociale peuvent venir compliquer son évolution. Fugues, comportements destructeurs, agressivité, irritabilité, opposition systématique, entraînent parfois l'adolescent dans un cercle vicieux dont il est difficile de sortir.

La dépression chez l'enfant peut aussi prendre la forme d'un ralentissement moteur, voire d'une sagesse excessive, souvent entrecoupée par des moments d'agitation bruyante.

Des symptômes parfois difficiles à identifier (ce qui est moins le cas chez l'adulte) expliquent que le diagnostic ne soit pas rapidement posé et la pathologie identifiée.

Dépression enfant non soignée : prévalence plus grande à l'âge adulte

À long terme, la dépression mal soignée de l'enfant et de l'adolescent augmente fortement la prévalence de la dépression à l'âge adulte.

Une étude américaine a estimé à 40 % le risque de récurrence de la dépression : il est donc primordial de prendre en charge le plus tôt possible la dépression infantile ou adolescente.

Les causes de la dépression de l'enfant

Certaines causes peuvent entraîner des troubles anxieux chez l'enfant et conduire à une dépression dans l'enfance ou à l'âge adulte : la maltraitance infantile, des parents nocifs ou bien absents, etc.

Une étude nord-américaine récente montre que 28 % (de 15 000 enfants suivis jusqu'à l'âge adulte) ont subi des sévices physiques, 12 % ont été délaissés et négligés et 4 % abusés sexuellement.

Ces diverses formes de maltraitance sont directement liées à l'apparition de dépression chez les adultes. Vivre ou survivre avec ce type de blessure est possible avec une thérapie appropriée.

Dépression chez l'enfant : des facteurs de risque

Voici quels sont les facteurs de risque d'une dépression chez l'enfant :

  • difficultés socio-économiques des parents ;
  • maltraitance physique, psychique, sexuelle ;
  • antécédents dépressifs chez la mère ou le père (présents ou passés) ;
  • dépression de la mère durant son enfance ;
  • anxiété et stress de la mère pendant la grossesse ;
  • tempérament de l'enfant : anxiété, timidité excessive, faible estime de soi, hyperactivité ;
  • difficultés scolaires ;
  • événements traumatiques : deuil d'un proche, séparation des parents.

Le rôle des parents dans la dépression chez l'enfant

Il est fréquent de trouver des épisodes dépressifs chez les parents de l'enfant dépressif. Cependant, les difficultés chez l'enfant de parents dépressifs sont très variables.

Les parents toxiques pour leurs enfants sont parfois maltraitants au sens physique du terme, mais ils sont plus souvent maltraitants psychologiquement.

Dominateurs, critiques, méprisants, manipulateurs : ces comportements, bien que moins visibles, sont toutefois insidieux. Ces attitudes vis-à-vis de l'enfant, si elles se répètent, induisent des séquelles émotionnelles qui perdurent à l'âge adulte.

Dépression mère : n'entraîne pas forcément dépression de l'enfant

La dépression maternelle n'entraîne pas forcément de pathologie dépressive chez l'enfant, mais elle provoque un manque d'interaction susceptible de créer une sensibilité particulière au sentiment de perte. Cela peut devenir un facteur de vulnérabilité à la dépression chez l'enfant.

Dépression enfant nourrisson : hospitalisme

La dépression peut aussi concerner les nourrissons.

La dépression du nourrisson, appelée également hospitalisme, correspond à une réaction du nourrisson :

  • brusquement séparé de sa mère ;
  • et dont l'environnement est pauvre en stimulations affectives.

Il y a 3 phases dans la dépression du nourrisson : pleurnichement, gémissement et détachement. Les cas les plus graves de dépression du nourrisson montrent des comportements de balancements et de rythmies.

Pleurs prolongés, troubles du sommeil, absence de prise de poids, anorexie, régurgitations sont des indicateurs de désarroi du bébé face à une mère déprimée.

Certains enfants résistent à la dépression

Il y a des cas d'enfants et d'adolescents maltraités (physiquement et psychologiquement), devenus résilients, c'est-à-dire ayant résisté à la dépression voire aux troubles mentaux.

Être résilient face aux événements douloureux, aux blessures de l'enfance, aux troubles anxieux, suppose une bonne maturité des fonctions :

  • cognitives (apprentissage) ;
  • émotionnelles ;
  • et sociales.

La place de ces fonctions est primordiale dans la capacité à pouvoir se satisfaire de son environnement sans se dévaloriser ou dépendre du regard de l'autre.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
SD
safia djoumi

aromathérapeute holistique et coach en nutrition

Expert

MH
michelle hartemann

professeur agrégé de lettres classiques formateur

Expert

marion alisse

psychanalyste-praticienne en psychotherapie | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !