Dépression et sommeil

Écrit par les experts Ooreka

 

80 % à 90 % des dépressifs souffrent d'insomnie.

L'insomnie est un symptôme clé de la dépression majeure.

En dehors des problèmes de sommeil, la dépression peut s'accompagner d'autres conséquences graves :

Dépression et sommeil : des insomnies très fréquentes

L'insomnie des dépressifs se caractérise, à divers degrés, par :

  • des difficultés d'endormissement,
  • des éveils nocturnes à répétition,
  • un éveil matinal anormalement précoce.

Les phases du sommeil sont bouleversées :

  • déficit en sommeil profond,
  • rapprochement des phases de sommeil paradoxal,
  • durée anormalement prolongée de la première phase de sommeil paradoxal.

Beaucoup de caractéristiques de la dépression évoluent au cours de la maladie, pas l'insomnie et ses perturbations.

Celles-ci persistent la plupart du temps jusqu'à la rémission du malade.

Insomnie : pronostic aggravé de dépression

La présence d'insomnie au moment du diagnostic est un facteur aggravant du pronostic de dépression :

  • chez les personnes alexithymiques (qui manquent de mots pour exprimer leurs sentiments) et qui souffrent de troubles troubles physiques : l'insomnie est un symptôme majeur de dépression masquée,
  • dans la dysthymie (trouble de l'humeur : moins sévère qu'une dépression majeure), les troubles du sommeil se rapprochent davantage des difficultés d'endormissement, des réveils nocturnes fréquents des personnes anxieuses.

À l'inverse, la résolution des problèmes d'insomnie durant les traitements de dépression est un signe de bonne évolution de la maladie et d'un taux de récidive moindre.

Dépression et sommeil : trop de temps au lit

Environ 20 % des dépressifs se plaignent d'hypersomnie : temps de sommeil anormalement long.

Caractéristiques de l'hypersomnie en cas de dépression

Des tests en clinique du sommeil montrent que le temps anormalement long passé au lit ne correspond pas à un allongement réel de la durée du sommeil.

La perception d'hypersomnie correspond, comme pour les patients dépressifs souffrant d'insomnie :

  • à une perte d'énergie vitale,
  • et une sensation de très grande fatigue que ne résout pas le repos.

Dépression et sommeil : la dépression saisonnière

L'hypersomnie existe aussi chez les personnes qui souffrent de dépression saisonnière (Seasonnal Affective Disorder).

La dépression saisonnière encore appelée cyclothymie, associe :

  • hypersomnie,
  • perte d'énergie,
  • et hyperphagie (augmentation de l'appétit) en automne et en hiver, c'est-à-dire à des périodes durant lesquelles la lumière naturelle est beaucoup moins présente.

Ce type de dépression saisonnière s'achève aux environs de l'équinoxe du printemps (lorsque le jour rallonge).

Le traitement approprié pour la dépression saisonnière est la luminothérapie.

Dépression et sommeil : les traitements de l'insomnie

Il existe différents moyens de régler les problèmes de sommeil liés à la dépression.

Dépression et sommeil : priver le malade de sommeil

Paradoxalement, la privation de sommeil des personnes dépressives est un traitement de la maladie :

  • chez un dépressif privé de sommeil, l'amélioration de l'humeur intervient en général rapidement après la privation de sommeil,
  • cette amélioration n'est pas durable.

Antidépresseurs en cas de dépression et sommeil bouleversé

Le traitement de la dépression avec des antidépresseurs a des effets sur le sommeil :

  • le sommeil des dépressifs traités avec des antidépresseurs tricycliques est amélioré,
  • les antidépresseurs aux propriétés sédatives (trazadone, mirtazapine, minasérine) améliorent le sommeil de dépressifs,
  • les IMAO (antidépresseurs de deuxième génération) aggravent l'insomnie chez les dépressifs,
  • les IRS (recapteurs de la sérotonine) ont des effets variables sur l'insomnie associée à la dépression,
  • la fluoxétine (Prozac), perturbe la continuité du sommeil : cette perturbation peut persister au-delà du traitement.

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !