Prostration

Écrit par les experts Ooreka

La dépression est une maladie qui entrave la capacité d'agir.

Femme accroupie seule fond gris

Les symptômes d'une dépression sont nombreux et permettent de détecter le mal-être d'une personne :

Prostration : symptôme de la dépression

Avant même d'être une maladie, la dépression est un état de privation d'énergie du cerveau des émotions (système limbique).

La prostration et l'incapacité d'agir ou de prendre des décisions sont les symptômes de la dépression et se caractérisent entre autres par :

  • un repli sur soi,
  • la privation d'énergie,
  • la tristesse,
  • le sentiment de vide,
  • l'indifférence à autrui,
  • la perte de mémoire.

Prostration : le sujet s'adapte à la dépression

L'individu dépressif met en place des mécanismes d'adaptation à son vécu dépressif : il reste prostré, sa capacité à agir dans son environnement conformément à ses désirs, à ses choix individuels, est entravée.

La dépression est la mise en suspens de l'énergie vitale

Ce qui est en jeu dans la dépression et la prostration qui l'accompagne est le système inhibiteur de l'action (SIA), qui met en place des mécanismes d'adaptation au vécu dépressif.

La prostration ou la mise en retrait fait partie de ces stratégies d'adaptation au vécu dépressif.

Le mécanisme de prostration et de mise en retrait, de repli sur soi et d'inhibition de l'action, s'observe également chez l'adolescent dépressif.

La prostration s'accompagne de modifications biochimiques

Les mécanismes d'adaptations biochimiques au vécu dépressif sont complémentaires aux circuits neuronaux de récompense et de punition.

C'est l'ensemble de ce réseau cérébral qui assure la régulation qui permet à chaque personne de s'adapter à son environnement pour maintenir sa structure.

Les modifications métaboliques qui interviennent dans la dépression et qui sont impliquées dans la prostration et l'inhibition de l'action du dépressif ne sont pas la cause de la dépression, mais elles l'accompagnent.

Traiter la prostration et l'inhibition de l'action

L'inhibition de l'action et la prostration pourront être levées par les médicaments antidépresseurs qui vont relancer l'activité cérébrale bloquée par :

  • la peur,
  • l'angoisse,
  • et la tristesse.

Cependant, ce n'est pas suffisant : les états de prostration physique demandent une prise en charge des patients sur le long terme.

Ce type de symptômes devrait toujours être l'occasion de s'interroger sur la vie des patients et de faire le point sur leur situation :

  • familiale,
  • conjugale,
  • professionnelle en effectuant un bilan biologique et clinique complet.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
SD
safia djoumi

aromathérapeute holistique et coach en nutrition

Expert

MG
maurice gaillard

psychologue et aide aux victimes | psy_vincennes

Expert

yvon alexis g.

conseiller spécialisé en phytothérapie & huiles es | plantes médicinales et huiles essentielles

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !