Comment reprendre goût à la vie ?

Question détaillée

Question posée le 06/09/2016 par Morganne

Bonjour,

Je suis une étudiante de 24 ans et je ne trouve plus d'intérêt à rien. Je me sens incroyablement vide et ne sais plus comment lutter. Je rempli toutes mes tâches sans enthousiasme, je suis parfois agressive avec mon entourage sans le vouloir, je suis de nature angoissée alors je me mets souvent à pleurer sans véritable raison, je me sens toujours tres seule et incomprise alors que mes proches sont près de moi. Titulaire d'une double licence et d'un master, j'avance dans mes etudes sans difficulté mais sans en éprouver la moindre fierté, j'ai stoppé net ma consommation de canabis il y a 4 mois apres 8 ans d'usage quotidien, je m'oblige à etre occupée chaque jour mais demeure insatisfaite. Cet etat d'esprit me poussait à avoir recours à des plaisirs illicites ou dangereux mais j'ai compris que cela ne me permettait que de masquer la réalité pour un temps alors j'ai essayé de me tourner vers des activités libératrices et intellectuelles mais rien n'y fait... Je suis jeune, libre et malheureuse.

Quel est mon probleme ?

Je vous remercie.

Morganne

Signaler cette question

2 réponses d'expert

Réponse envoyée le 06/09/2016 par un Ancien expert Ooreka

Bonjour Morganne
Vous dite avoir consommé du cannabis au quotidien pendant 8 ans, sevrée depuis 4 mois, comment ça été vôtre sevrage? spontané ou provoqué? l'avez vous fait toute seule? pas de rechute?
Vous avez avez une volonté de fer, mais je crois que changer totalement son mode de vie, parait encore difficile, vous rechercher encore le plaisir d'autrefois sans pour autant le trouver!
Ce que vous vivez est habituel, conséquence du sevrage! je vous conseille :
1/ de bien gérer vôtre temps libre, faire des activités que vous aimiez et qui vous apportent du plaisir.
2/ de voire un psy pour vous aider à mieux résister sinon vous aller rechuter!
3/ adhérer à des activités de groupe ou d'association

Cordialement

Signaler cette réponse
1

personne a trouvé cette réponse utile

2 commentaires

Commentaire posté le 06/09/2016 par Anonyme

Bonsoir Docteur,

Je vous remercie pour la rapidité de votre reponse.
Mon sevrage a été provoqué en effet, jai profité d'un voyage à Londres debut juin pour arrêter du jour au lendemain. Je l'ai donc fais seule et le changement de contexte m'a permis de m'en détacher aisément. Depuis, quelques rechutes mais de très courtes durées (deux pour etre exacte et de deux à trois jours). Je me suis sentie soulagée de constater que j'avais en moi la force de m'en libérer ce dont j'avais toujours douté, mais je n'ai par ailleurs pas ressenti de véritable changement dans mon quotidien si ce n'est d'avoir à l'affronter avec beaucoup de difficultés.

Je vous remercie vivement pour vos conseils.

Bien Cordialement

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 07/09/2016 par

Bonjour
C'est sûre qu'il y'aura des difficultés, d'autant plus que vous vous accrochez, le cerveau est fait de telle façon qu'il oublis trop mal ses sources de plaisir et il y'aura toujours une recherche de compensation, pourquoi pas de rechute.
C'est vrais que vous n'allez pas ressentir un vrais changement dans vôtre quotidien et il y'aura toujours des difficultés à l'affronter, c'est pour cela que l'aide d'un psy ou dans le cadres de thérapie de groupe mais parait utile!

Cordialement

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 14/09/2016 par Cabinet médical / Tunisie

Dr Anouar Jarraya psychothérapeute Tunis Bjr Mlle Morganne
Votre problème vous l'avez formulé vous-même"Je suis jeune, libre et malheureuse"
Vous êtes "jeune" au sens de n'avoir pas "grandi,évolué" comme les copines de votre âge qui ont "créé des liens" "apprivoisé un partenaire" et qui vivent en couple et sont pour certaines déjà mères avec une insertion sociale par la profession et familiale par le couple-
Vous ne dites pas grand' chose de votre famille d'origine mais vous vous y SENTIEZ pas ou mal sécurisée d'où votre angoisse et votre agressivité probablement mal perçue ou mal interprétée par votre famille: vous vous sentiez SEULE et INCOMPRISE ce sont vos termes alors que vos proches sont près de vous la proximité est là géographi-quement mais non affectivement " C'est dur le pays des larmes"
(St Exupéry le Petit Prince)
Vous avez trouvé refuge au pays des larmes car vous vous sentiez non sécurisée et non reconnue(voir pyramide de Maslow)
vous masquiez votre mal-être par le cannabis (le soma du "Meilleur des Mondes de Aldous Huxley) Comme par hasard c'est à Londres que vous en prenez conscience après huit ans de consommation
Actuellement il vous faut gérer l'arrêt du cannabis et mon confrère Belhoula vous l'a dit
Dans un deuxième temps il vous faudra entamer une thérapie de fond
Courtoisement

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

0 commentaire

Ooreka vous remercie de votre participation à ces échanges. Cependant, nous avons décidé de fermer le service Questions/Réponses. Ainsi, il n'est plus possible de répondre aux questions et aux commentaires. Nous espérons malgré tout que ces échanges ont pu vous être utile. À bientôt pour de nouvelles aventures avec Ooreka !

Ces pros peuvent vous aider